Le Multitabling, mise en pratique (expérience inside)

Maintenant que vous avez lu la première partie introductive , vous savez ce qu’est le multitabling. « Mais t’es un  [censured], t’arrives à prendre combien de décisions à la minute… »  est la remarque que m’a faite un ami, et c’est cette dernière qui motive ce nouvel article. Je vais donc vous donner les chiffres clefs de plusieurs sessions que j’ai réalisées en faisant évoluer certaines variables.  Nous verrons aussi pourquoi le multitabling est une discipline difficile qui demande une activité cérébrale très importante.

Le Protocole expérimental

Matériel et conditions de l’expérienceexperience multitabling

  • Un ordinateur
  • Un écran 21′
  • Une souris et un clavier
  • Un compte PokerStars
  • Une licence TableNinja

Conditions: j’ai réalisé des sessions test de 10 minutes, avec 24 tables ouvertes (le maximum de tables sur PS en CG). J’ai extrapolé les résultats afin de vous donner les chiffres relatifs à une session d’une heure, durée moyenne de mes sessions.

Explication des variables

  • souris deplacement multitablingFormat de jeu : Ai-je affronté 5 joueurs (SH / Short Handed) ou 8 joueurs (FR / Full-Ring) ?
  • Distance parcourue : C’est tout simplement la distance qu’a parcourue la souris pendant la session. Bien sur, plus la distance est importante, plus la fatigue musculaire sera importante.
  • impression experience multitablingNombre de mains: Tout simplement, le nombre de mains jouées durant la session.
  • Nombre de clics:  J’ai distingué le nombre de clics total, le nombre de clics réalisés sur le bouton droit et celui réalisé sur le bouton gauche.
  • Sitout: Vous n’avez pas eu le temps nécessaire pour réaliser l’action et la room vous a mis en Sitout, vous devrez donc attendre pour rejouer.
  • Missclick: Ce chiffre correspond au nombre de fois où j’ai fait une erreur, ou j’ai foldé une belle main, ou j’ai effectué une relance minimum ou un min 3bet (à ne jamais faire en CashGame).
  • Impression générale:  Tout simplement, mon impression à la fin de la session,

Les résultats

Tableau des résultats

Interprétations des résultats

Que pouvons-nous dire des résultats de cette expérience ?

Nombre de mains:

    • En SH, en une heure, vous allez jouer beaucoup plus de mains qu’en FR. Logique, en FR, on trouve de nombreux multitableurs qui prennent en moyenne plus de temps pour réaliser les actions (fold, check,…). De plus, à chaque coup, il y a 9 personnes qui doivent parler, donc la moitié plus qu’en SH.
    • TableNinja nous permet de jouer plus ou moins 20% de mains en plus.

Distance parcourue et nombre de clics:

    • Au niveau de la distance parcourue, la différence est assez énorme ampoules mains multitablingentre l’utilisation ou pas de l’aide logicielle.  En 24 tables SH, votre souris parcourt quasiment 800 m sur votre bureau.
    • Au niveau du nombre de clics, un bon paramétrage de TableNinja permet de réduire le nombre de clics (car les mises sont déjà paramétrées) et de partager le travail entre le clic droit et le clic gauche, permettant ainsi de soulager l’index. On peut quand même constater, que le joueur doit cliquer quasiment 1.5 fois par seconde sans l’aide (pensez bien au fait qu’1 clic = 1 décision).

SitOuts et missclicks:

    • les sitOuts sont un bon indicateur de la difficulté de jouer 24 tables SH sans TableNinja.
    • Les missclicks ont été légion dans le multitabling SH. En effet, j’ai réalisé de nombreux min-raises involontaires, et plusieurs fold de premiums. On peut remarquer qu’aucun miss-clic n’a eu lieu avec TableNinja.

Impression générale:

  • On peut distinguer deux situations opposées:  multitabler en FR avec aide logicielle et multitabler en SH sans aide logicielle.fatigue multitabling
    • Multitabler en FR avec tableNinja« Easy « , franchement, avec de l’habitude, cela se passe sans problème. Pas de fatigue particulière en fin de session.
    • Multitabler en SH sans tableNinja: « très difficile voire impossible « ,  au bout de 10 minutes, j’étais vraiment fatigué, et stressé par les alertes sonores de PokerStars qui m’indiquaient que j’étais complètement à « la ramasse ».

Et au niveau des décisions, ça donne quoi ?

Maintenant passons aux données pokeristiques (il existe ce mot ??), nous allons nous cantonner au cas d’un multitabling 24 tables avec aide logicielle, vous avez compris que sans TableNinja, c’est quasiment insensé…

Je vous rappelle les données importantes:

  • La session a durée 1 heure
  • Nous avons joué 1020 mains et effectué 2100 clicks sur la souris
  • Nos statistiques de jeu ont été 14/10: le premier chiffre est le VPIP (pourcentage de mains jouées) et le second le PRF( pourcentage de mains relancées). Ce qui correspond à un jeu TAG, stratégie optimale en FR.

Quel est le nombre de décisions que vous avez du prendre ?burn-out multitabling

  • Nous avons vu  180 flops
  • Nous avons vu  120 turns
  • Nous avons vu  75 rivers
  • Nous avons vu 52 Showdowns (quand nous voyons les mains de nos adversaires).

Il est difficile d’estimer le nombre de décisions que j’ai du prendre, mais je pense que ces données vous ont éclairé quand à la complexité mentale que représente le multitabling.

Imaginez qu’à chaque flop, river ou turn vus, vous devez choisir entre abandonner le coup ou le poursuivre, mais vous devez aussi réfléchir à la ligne que vous allez adopter : la mise et son montant, le check-call ou le check-raise,…..

A Retenir
  • L’aide logicielle est indispensable, vous devez passer plus de temps à réfléchir aux coups plutôt qu’à déplacer votre souris ou à cliquer dessus. En une session extrême, le joueur doit cliquer quasiment 1.5 fois par seconde sans l’aide.
  • Une session de multitabling représente plusieurs milliers de décisions, soyez frais mentalement quand vous commencez une session.
  • Soyez bien équipés, car le multitabling est physiquement très éprouvant. Pendant une session 24 tables sans aide logicielle, votre souris parcourt deux tours de stade (imaginez la fatigue musculaire de votre bras et de vos petits doigts sur ces 800m)

 

Dans un prochain article, je vous donnerai des conseils (accompagnés d’une vidéo de l’expérience) et enfin, plus tard, je vous exposerai les avantages et inconvénients du multitabling [N’hésitez pas à commenter et à partager l'article, ça fait toujours plaisir ;-) ]

Liker

Share Button

5 Responses to Le Multitabling, mise en pratique (expérience inside)

  1. duncan dit :

    tu es sur que c’est ta souris qui a parcouru 800m et pas plutot ton curseur? parce que je multi régulièrement 16 tables et sur 2 24 » et avec ma sensibilité souris mon bras ne bouge pas (je fais tout au poignet).

  2. [...] Le Multitabling, mise en pratique (expérience inside) Maintenant que vous avez lu la première partie introductive , vous savez ce qu'est le multitabling. Source: http://www.canonbis-poker.com [...]

  3. jiji13 dit :

    Salut Canonbis,
    C’est intéressant, beau travail! Comment as-tu fais pour le monitoring des clics, misclicks, distance, etc..?
    En tout cas il est évident qu’à nombre de table équivalent passer de FR à SH, c’est tout simplement du suicide. Au prorata, aurais-tu les mêmes résultats avec un nombre de table égale à 14/16 en SH ?
    Perso, je joue en fin de limite, avant de up, 6 tables SH mais j’ai un écran 15.6″ sur portable.
    En tout cas belle perf et je vois déjà poindre les avantages et inconvénients de cette façon de jouer dans le prochain article annoncé.

    Bye.

    • canonbis dit :

      Salut Jiji du sud ;-)

      J’ai utilisé Odo, une application gratuite.. Difficile de te répondre pour les résultats, mais le problème du multitabling massif en SH est que les blinds tournent plus vite et tu dois moins jouer tes cartes mais plutôt les joueurs et les spots. J’en reparlerai dans la suite de la série d’article sur le multi, notamment dans celui où je donnerai mes conseils…

      ++

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>