La montée de limites, c’est comme les antibiotiques…

C’est pas automatique…

Il est toujours grisant d’évoquer une montée de limite:  « Yes, je monte en NL100… », « Super, j’attaque les MTTs à 30€… ». Mais savez-vous concrètement si vous êtes prêts à monter de limite ? Le critère principal qui ressort des conversations est le montant de votre bankroll mais d’après moi, il est loin d’être suffisant !!

Voici une conversation purement fictive permettant d’illustrer la raison de cet article et l’insuffisance d’un seul critère pour monter de limites.anti biotique poker

Lui: “Je comprends pas, je suis en plein période de badrun, j’y arrive pas […] Vous en pensez quoi?”

Moi: ” Tu joues en combien ?”

Lui: “10€…”

Moi: “Tu penses pas que la limite ne te convient pas ?”

Lui: “Non, non, j’ai 900€ de BR…”

Moi: “Quels étaient tes résultats en 5$ ?”

Lui: “Je sais pas, j’ai mis 1000€ directement, donc j’ai commencé à 10€ …”

Pas besoin d’en dire plus, vous avez tous compris…Vilain, même s’il a compris la gestion de BR, il joue à une limite inadaptée. Cela justifie le fait que le montant de la bankroll ne doit pas être le seul critère de sélection de la limite à laquelle vous devez jouer.

Voici d’après moi, les 3 questions à se poser quand on veut monter de limites…

Ma BR me permet-elle de jouer sereinement à cette limite ?

Je vous conseille de lire l’article que j’ai écrit sur le sujet.  Dans les grandes lignes, voici ce qu’il fallait retenir de cet article:

  • Ne vous limitez pas à la règle des 20 caves ou 60 BI/100 BIbankroll poker
  • Prenez en compte:
    • Votre nombre de tables (avec la formule que je vous ai donnée)
    • Votre personnalité
    • Votre objectif de jeu
    • Votre type de jeu (SNG, CG, Turbo, non turbo,…) et la variance qui l’accompagne

 

Est-ce que je maitrise la limite inférieure ?

montée de limiteA quelle limite devez-vous attaquer ?

Pour répondre à cette question, il suffit d’essayer…. Dans l’idéal, quelque soit votre BR, vous devez passer par toutes les limites. Bien sur, si vous avez décidé de passer des SNGs limites moyennes au CG (par exemple),  je pense que vous pouvez vous épargner la NL2, NL5 ou encore la NL10. Cependant, il est important de prendre ses marques avant de commencer plus haut.

Quels indicateurs prendre en compte ?

Le ROI ou le winrate sont les indicateurs les plus pertinents pour répondre à la question de la maitrise d’une limite. D’après moi, un ROI de 7/8% ou un winrate de 5/7 bb/100 est nécessaire avant de monter de limite, car obligatoirement, cet indicateur descendra en montant de limite… Vous allez tout logiquement rencontrer plus de résistance dans la limite supérieure.

Des exemples

Ci-dessous, j’ai pris comme exemple, des courbes de joueurs de SNGs. Voyons, à partir de ces graphiques, quels sont ceux qui devraient penser à monter de limite, à persévérer ou encore à redescendre (cliquer sur les onglets)

 

Monter de limitePersévérerDescendre de limite

Exemple de joueur pouvant monter de limite si sa BR est suffisante: une belle courbe rectiligne ascendante. Le joueur en question a des résultats positifs, l’allure de la courbe est très rassurante et nous permet de dire que le joueur a un jeu gagnant, et si sa BR le lui permet, il devrait penser à monter de limite.

Exemple de joueur ne maitrisant pas sa limite: une courbe qui peine à décoller… “les montages russes”. Que dire de ce joueur ?

A première vue, il ne semble pas maitriser sa limite, peut-être seulement Madame variance qui joue avec ses nerfs. Une montée de limite est, d’après moi, à proscrire.

Exemple de joueur qui doit penser à descendre: Une courbe rectiligne mais descendante. La courbe semble montrer que le joueur est perdant, il ne maitrise pas la limite.

Ce sentiment est confirmé par l’allure de la courbe sur un nombre de jeux conséquents.

 

Renseignez votre @ pour recevoir les nouveaux articles dans votre boite :

 

Psychologiquement, suis-je prêt à manipuler les montants de la limite supérieure ? (Suis-je prêt à monter de limites)

C’est la question fondamentale à se poser d’après moi. Pour illustrer cette question, je vais simplement utiliser mon exemple. J’ai un profil assez frileux, malheureusement 🙁 Même si ma situation financière est assez sereine… J’ai quelques difficultés à jouer des pots de plusieurs centaines d’euros….

psychologie poker

Contexte de la partie

Nous sommes en NL50, j’ai décidé de monter de limite car ma BR le permet (je pourrai quasiment jouer la NL100), je me sens très à l’aise en NL25 et mon winrate confirme ce sentiment. Tous les indicateurs sont au vert.

J’ouvre donc 1 tables de NL50. Après quelques mains, je commence à avoir des informations sur mes adversaires, ma table se compose de deux joueurs récréatifs, de deux joueurs qui me semblent réguliers, d’un joueur très aggressif et de moi-même.

La main en question

  • Je suis au Cut Off (juste avant le bouton), et ouvre , je relance très logiquement, à 1.75, ce qui fait 3.5 blinds.
  • Le bouton se couche, la petite blind se couche (SB), et le vilain en BB me 3 bet à hauteur de 5.5€…Ce qui est un montant classique, un peu plus de 3 fois ma relance car il jouera le coup hors de position (OOP,out of position).
  • Je sais que je suis bien loi devant son range de 3bet, et décide de la 4beter, pas cher… à 12€…. A ce moment, j’ai 63€ de tapis et vilain en a 80€….
  • Il décide d’envoyer son tapis… Je vais utiliser tout mon timeBank pour folder alors que je sais que je suis très souvent devant (devant son range), car il a pu me faire ça avec ,   ,   ,   … et bien d’autres mains.

Conclusion

Je ne me sentais pas prêt à jouer un pot de 120€ preflop, la meilleure solution pour moi était donc de retourner en NL25 pour réussir à me détacher de la valeur des pots.

A retenir:

Avant de monter de limites, posez-vous ces 3 questions:

  • Ai-je la bankroll suffisante ? (voir mes articles sur le sujet)
  • Ai-je le niveau suffisant pour monter à la limite supérieure
  • Suis-je prêt psychologiquement à jouer avec les montants de la limite supérieure ?

Et si vos réponses sont OUI, OUI et OUI, alors sautez le pas… Et grimpez

 

J’espère que le message est bien passé et que vous vous poserez les bonnes questions avant de songer à une montée de limite…. Dans un prochain article, on verra ce qu’il peut nous amener à descendre de limite… [N’hésitez pas à commenter et à partager l’article, ça fait toujours plaisir ;-) ]

Liker

Share Button

10 Responses to La montée de limites, c’est comme les antibiotiques…

  1. themax0 dit :

    Déterrage…. pour le troisieme point je pense que nous sommes tous sensibles a l’augmentation des mises, a moins d’etre degen.. personnelement je me fais violence, je joue un peu scary au debut mais apres un bon millier de mains c’est oublié, on s’habitue tres vite…

  2. nonauxe dit :

    Très bon article, mais à partir de quel sample peut-on considérer notre winrate comme significatif? 50k hands?

    • canonbis dit :

      Merci Arnaud. Pour ta question, en SNG, 500 jeux te donnent un idée « assez » précise… et 100 000 mains en CG… Mais attention, pour être fiable, on parle d’un sample de +1000 SNGS et 250 000 mains…

  3. […] de « descendre du vélo pour se regarder pédaler ». Canonbis titrait ces derniers jours « la montée de limites, c’est comme les antibiotiques ». Sous-entendu, ce n’est pas automatique.Progresser au poker demande travail, patience et […]

  4. Aznartor dit :

    La clé se situe dans le détachement à avoir via-à-vis de l’argent. L’excellent livre Poker Mindset incite les joueurs à ne pas calculer ce qu’ils pourraient s’acheter avec ce qu’ils jouent. En l’occurence, se dire qu’un pot à 120 euros, c’est le prix d’un jeu PS3 + 2 DVD, ça peut refroidir. Il faut donc impérativement s’en détacher: l’argent n’est qu’une ressource.

    • canonbis dit :

      Comme tu le dis, se détacher de l’argent et de sa valeur, mais plus facile à dire qu’à faire. Merci pour ce commentaire de qualité. A bientôt…

  5. […] juste derrière, on trouve des articles sur les femmes au poker, la montée de limite, le tracker, mon envie d’être un fish et aussi un article sur une expérience de […]

  6. triskou dit :

    Excellent article…et tellement d’actualité pour moi..je viens de faire un aller et retour…satanés points N°2 et 3…

  7. jiji13 dit :

    Effectivement Canonbis, le troisième point est crucial.
    Pour faciliter et franchir cet état psychologique, je me dis tout en entérinant tes propos que:
    1/j’ai tout fait pour avoir assez de cave dans ma BK pour assurer les problèmes de variance.
    2/le(mon) niveau, si je n’y joue pas au limite sup alors je ne le connaîtrais jamais.
    J’enrobe le tout par le fait que ma BK (moi aussi étant frileux) n’est pas rattaché à mon compte courant.
    Je dirais même que les 2 et 3ème points sont étroitement liés.

    Bye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *